question autour du chômage

SCAN0409

 

Pour les néo-classiques l’offre de travail suppose que l’agent détermine librement son temps de travail marchand, où sont temps de loisir.

Dit autrement pour qu’une offre de travail soit pourvue, il faut qu’il y est un équilibre entre le besoin de salaire et celui du repos.

 

Vraiment qui peut croire une chose pareille, mais c’est à partir cette hypothèse que la plupart de nos dirigeants actuel appréhende la question du chômage.

 

La vision socialiste, terme générique pour les différents mouvements qui en découle : communiste, anarchisme, chartisme et de nombreux autres, donc rien avoir avec des partis qui utilisent ce nom. D’ailleurs, vous avez peut être remarqué plus un parti prend le nom hégémoniquement: parti communiste, parti socialiste ou autres et moins ils sont ce qu’ils déclarent être.

 

Je reprends là ou je me suis coupé, je disais donc, la vision, pour ne pas dire l’analyse du socialisme pose la problématique du chômage, dans une réalité sociale, d’une la possession des moyens de production par une partie de la population et de deux le besoin de subsistance de la population, soit entre l’offre d’emplois et la demande d’emplois.

Donc il faudrait qu’il y est une égalité entre l’offre et la demande d’emploi, bien sur les personnes de droite et même certaines personnes se réclamant de la gauche auront tendance à dire qu’il y a suffisamment d’offre et de demande pour pourvoir à tous les emplois et même des abruties diront : quand on veux on peut et si ma tante en avait, ce serait mon oncle…

 

Donc pour que des emplois soient pourvus, il faut qu’il y ait une demande de main d’œuvre. Pour qu’il y ait une demande d’emplois, il faut qu’il y ait une raison à cette demande, bien que les employeurs voudraient nous faire croire que l’emploi est un bien fait qui repose sur leurs bonnes volontés. Cela est ridicule, pour qu’il y ait une demande de bras et de matière grise, il faut qu’il y ait une production à laquelle les employer.

 

On en revient au sacro saint produit à vendre pour faire du profit dans le système capitaliste où nous vivons. Pour une analyse complète : il existe un marché du besoin, en nourriture, en équipement, en logement, en chauffage et j’en passe, pour arriver a répondre à ses besoins il faut utiliser la force humaine mécanique, et son intelligence, en définitive pour qu’il y ait emploi tout se passe comme s’il suffisait de répondre à une demande.

 

Alors pourquoi cette situation qui semble si simple n’est pas une réalité ? Parce que si l’analyse socialiste (c’est à dire marxiste) sur la question de l’emploi est vrai, c’est à dire le besoin de mains d’oeuvre détermine le taux d’emplois dans un pays et dans le monde, et de plus ce besoin de mains d’œuvre est lié à un marché, cette analyse ne reste pas a cette donnée, mais est poursuivie en prenant en compte les motivations des acteurs du système capitaliste, c’est a dire le profit.

 

Bien que les idiots utile du capitalisme que sont les nationalistes, voudrait nous faire croire à des patrons ancré dans leur pays, la réalité est autre, les entreprises capitalistes sont en concurrence les unes avec les autres pour faire le plus de profit possible, chaque une, tentant d’être dans les premières et surtout être le leader au minimum au niveau de son ou de ses marchés.

 

Le capitalisme ressemble à un immense tournois, de football américain, de rugby de foot européen ou tout autres sports d’équipe, avec des joueurs qui sont sur la touche, d’autres qui sont mis au rencard, d’autres qui ne sont pas assez performant, voir les deux , des joueurs de troisièmes ligues, des blessés de la compétition, des supporters frustrés qui ne seront jamais joueurs, les machines à muscler, le dopage pour augmenter les performances, les joueurs remerciés qui tombent dans l’alcool ou la drogue et j’en passe la liste des situations n’est pas exhaustive.

 

Tout cela bien sur bien plus violent puisque il s’agit dans l’économie capitaliste de la subsistance de ceux qui n’ont que leurs forces de travail pour vivre.

 

Pour bien comprendre mon propos, ce qui est le moteur du capitalisme n’est pas la satisfaction du besoin en produit de consommation des personnes sur leur marché, mais la recherche de profits, pour être plus claire la vocation du capitaliste n’est pas de satisfaire les besoins de la population mondiale.

 

Pour faire des profits, il va même exploiter tous les éléments possible : pays en voie de développement ou la mains d’œuvre, peut être surexploité, peu payer… pour par exemple vendre dans de pays ou la mains d’œuvre est mieux payer, qui a donc un pouvoir d’achat plus important, je n’ai pas pris cette exemple par hasard. Pour produire moins chère et faire plus de profits, les capitalistes vont jouer sur tous les tableaux, mécanisation, coercition, heures de travail exponentielles, en tirant toujours tout par le bas tant sur le plan humain qu’écologique.

 

Donc pour ceux qui n’auraient pas compris le capitalisme à besoin de déséquilibre, c’est à dire de gens avec de gros salaires pour vendre ses produits et en même temps de gens avec de petits salaires, car le système capitaliste n’à jamais su surmonter ses contradictions et tout particulièrement la baisse tendancielle du taux de profits, donc ils délocalisent pour trouver de la mains d’œuvre moins chère, tout en ne répondant pas aux besoins de cette population, ils suppriment des emplois là ou les salaires ont augmenté, tout en continuant autant qu’il le peut à vendre là ou les salaires sont en baisses et donc c’est un cercle vicieux, que le capitalisme règle souvent en final par la guerre avec d’abord un chômage de masse, une colonisation ou mondialisation.

 

En fait le capitalisme crée le chômage, c’est aussi simple que celà. On pourrait travailler tous et moins, en travaillant à répondre aux besoins qui sont les nôtres.

Mais pas dans ce système !!!

 

Certaines personnes vont se demander, mais alors pourquoi cette accusation des personnes privées d’emploi ? Pour un fait tangiblement compréhensible les capitalistes ne vont pas reconnaître leurs culpabilités dans le chômage et les politiques ne vont pas reconnaître leurs inefficacités à traité le problème.

De plus soyons un peu cynique ou réaliste, patrons et politiques ont objectivement des raisons à ce que la situation perdure, les patrons pour faire pression sur les salaires à la baisse et les politiques pour avoir des bouc-émissaires à donner en pâture à une opinion publique, qui malheureusement se contente de s’informé à la source de média institutionnel que sont la radio, télévision et les journaux, qui sont aux mains des capitalistes et des politiciens.

 

Seul un changement d’orientation économique peut régler la question du: travailler tous, travailler mieux et moins.

 

Copo Olivier