Suite de la loi travail, les ordonnances Macron

Pour ceux qui ne l’aurait pas compris, après la réforme des retraites, la dite simplification du droit du travail (qui aurait du se faire en droit constant) de Sarkozy, à Fillon, la loi travail : socialo- Hollandiste et les ordonnances Macronistes.

Des conclusions sont à tirer au plus vite.

 

Tout d’abord ce dé-tricotage des droits des travailleurs et travailleuses, c’est effectué quelque soit été les étiquettes des partis politiques arrivé au pouvoir.

 

Puis, les derniers représentants mal élus, ont des intentions belliqueuses contre le droit du prolétariat, ils comptent le faire par ordonnances, ce qui signifie, non pas une modification de la loi, mais une explicitation de la loi. Le gouvernement, ne veut pas changer la loi, mais encadré les obligations découlant de la loi et la façon dont elle doit s’appliquer, c’est dire, que « en marche » prends la suite du gouvernement précédant, pour ce qui n’aurait pas compris !

 

Ensuite, on ne peut être dupe, la continuité dans l’action des dirigeants français, comme dans toute l’Europe d’ailleurs est bien une attaque constante de la part des représentants des intérêt capitaliste d’Europe et d’ailleurs , donc il y a bien un dessein, la constante dans le temps ne peut que tendre à cette conclusion…

 

Il se pause maintenant la question de : jusqu’à quand cette régression sociale ?

Une certitude persiste les gouvernements renforcent leurs pouvoir de police, confère en France l’état d’urgence prolongé de Hollande et de son gouvernement Valls, puis Macron et le gouvernement de ce dernier continuateur de l’action du précédant, qui instaure un état d’urgence permanent .

 

Les gogos qui pensent que c’est une lutte contre des terroristes, sont des doux naïfs au mieux, des malintentionnés pour sur. Les lois d’exception, finissent toujours par servir contre les mouvements sociaux, par contre elle n’ont jamais empêché des attentats voir l’histoire passée et présente…

 

Les desseins de la bourgeoisie en Europe sont relativement visible, réduire à néant les droit des salariée)s, afin de faire encore plus de profits.

 

Maintenant que fait le prolétariat organisé, le dirigeant de la CGT, Martinez dit qu’il faut s’organiser dans l’entreprise, il le sait lui même cela ne se fait pas sans le préparer en amont et le moins que l’on puisse dire est que la CGT n’est pas en ordre de marche….

 

SUD, SOLIDAIRE, ne fait pas mieux et les organisations dites révolutionnaires ne font pas plus.

 

Tout semble mis en place pour que l’on reparte pour un cycle : manif, répression, montée de la violence dans la rue et tapage médiatique pour faire passer le mouvement social pour des casseurs, pour bien sur justifier la violence policière.

 

Surtout mettre les manifestants et les militants dans une situation ou ils ne verront que l’échec au bous de leurs actions.

 

Le but objectif  des gouvernements, est de démobiliser le prolétariat, protestataire et organisé, afin de le réduire au silence pour mener les réformes réactionnaires à leur terme.

 

Le prolétariat organisé et non organisé doit prendre conscience au plus vite de la tactique de la bourgeoisie et changer au plus vite de stratégie. I l lui faut moins exposé ses forces vive et pour cela taper là ou cela fait mal, c’est a dire aux intérêts financiers de la bourgeoisie.

 

Syndicat, organisation politique doivent enfin prendre conscience des tenants et des aboutissements de la situation. Construire une riposte avec une stratégie élaborée et avec pour une fois une vraie vision d’ensemble.

 

Ils nous faut être enfin à la hauteur des enjeux !

 

Copo-olivier

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *